Petit poème en prose

Je dépose donc ici différents matériaux liés, directement ou indirectement, à l’élaboration du livre.

Suit ici un poème en prose traitant, au final, du poids de l’héritage culturel ainsi que de la fatalité -ou pas- qui découle de son acceptation…

« 45 ans, c’est l’âge où tu commences à être fort, non ?

A mi course entre la naïveté et la connaissance, à mi-course entre la jouissance et la sagesse qui dit « on se calme, on se calme »

C’est l’âge où normalement on comprend le vieux qui te disais « rentres pas trop tard, mets ton bonnet, ça mène à quoi la philo? », alors que toi tu voulais juste connaître la nuit, le froid et les libertés.

45 ans c’est l’âge où on chiale plus, où on est en plein dans sa vie, qu’on la vit à plein, en route comme les trains.

A 45 ans tu es positionné, tu es le wagon de ta propre locomotive : ah bah, non non, ne va plus changer le dessein.

Ah oui ?

A 45 ans tu sculptes le monde entre tes mains : c’est toi qui deviens responsable de ce qui est devant toi. Et plus le vieux qui te disais de faire comme ceci ou comme cela, tu peux le prier ou lui cracher à la gueule, comme tu veux, mais lui il s’en va, te laissant sur le tas tout ce qu’il a fait là.

bretagne 101

Moi je regarde ce monde sur mes bras, comme je regarderais les marées indifférentes aux rochers, mes amours ou les écueils rencontrés: ce n’est même pas du découragement.

Juste ce dépit ; « hm c’est donc à mon tour ? » lors que je me sens, par rapport à tout ça, encore aussi sot, aussi fou qu’à 18 ans et que je ne comprends toujours pas où l’on va.

Ce monde a tenté de m’apprendre à juger, évoluer, grandir, bannir, m’enrichir, me faire gagner, tentant de tuer années après années ma sensibilité, ma tendresse, ma naïveté, ma spiritualité, riant presque de mes larmes lors que je vois mille raisons de les faire couler.

Alors vous savez quoi ? Moi, mes 45 années, je ne les fêterai sûrement pas demain.

Et je garde donc mes 18 ans frondeurs: oh ! Mais soyez rassurés, on n’y verra, presque, rien…

Roch H »

Publicités

2 réflexions au sujet de « Petit poème en prose »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s